SETLIST MYRATH:
  - [intro: Jasmin] Believer
  - Get Your Freedom Back
  - Storm of Lies
  - Wide Shut
  - The Unburnt
  - Madness
  - Forever and a Day
  - The Needle
  - Under Siege
  - Endure the Silence
  - Nobody's Lives
  - Tales of the Sand
  - Merciless Times
  - Beyond the Stars





















link

      Voilà 7 longues années que je n'étais pas retourné au Raismes Fest, depuis cette merveilleuse édition qui comptait en tête d'affiche des pointures telles que MSG, Epica, Pain, Axxis, ADX et j'en passe! Les choses n'ont pas été pour le mieux depuis cette époque, et l'organisation s'est vu contrainte de reconcer à son édition annuelle l'année dernière, ainsi qu'en 2011 faute de subvention... C'est le prix à payer lorsque comme le Raismes Fest vous souhaitez garder cette atmosphère de convivialité dans un cadre restreint: la cour d'un château, pour seulement quelques milliers de petits malins qui comprennent la valeur de ces choix et leur impact sur cette ambiance exceptionnelle qu'on ne retrouve nulle part ailleurs.
      Mes deux précédentes expériences (2005 et 2009) pourraient me permettre de ne pas tarir d'éloges à ce sujet, et m'ont aussi pousser à y revenir après tout ce temps malgré une affiche qui ne m'attire pas plus que ça en fait. J'aime beaucoup le hard rock, surtout en concert, mais axer la programmation d'un WE entier autour de ce style (à de rares exceptions près) est un pari osé! Cependant, je gage que tout ce qui se construira autour de la scène, dans la fosse comme devant les stands, jouera sur l'intensité de ce que nous vivrons durant ces deux jours.

     

VENDREDI 9 SEPTEMBRE


      Même si ma mémoire est loin d'être fraîche concernant les infrastructres, la zone réduite dans laquelle tout va se dérouler n'est pas si difficile à garder en tête (et mes photos m'y aideront également). J'étais curieux de voir à quel point le site a bien pu changer, le fait est qu'en fait tout est quasiment identique à mes souvenirs pour mon plus grand plaisir (à l'exception du camping d'une vingtaine de tentes qui est passé de la droite à la gauche)! On retrouve les quelques stands qui satisferont aux collectionneurs ainsi que l'inévitable bar toujours à gauche de la scène principale, celle-ci (ainsi que la scène découverte) n'ayant pas non plus grandi depuis tout ce temps.

      Même si je vais mettre l'accent sur l'âme du festival, on va tout de même évoquer un peu la musique. SPIRITUAL DRIVER ouvrait donc le vendredi devant une dizaine de personnes, mais c'est SAM WILLCOX BAND qui commencera vraiment à rameuter le public, celui-ci attendant vraissemblablement le retour du bluesy enfant du pays. Il faudra un peu plus d'ouverture pour apprécier le trip seventies de BIRTH OF JOY, ce que le public semble avoir, mais c'est surtout ZODIAC qui provoquera le plus de mouvement de foule. Perosnnellement je ne comprend pas très bien cet engouement pour un rock plutôt basique qui ne me retiendra pas jusqu'à la fin, mais soit.
      Il faut dire que l'ensemble des festivaliers compte surtout des vieux de la vieille et des familles, la jeunesse étant essentiellement représentée par les enfants de ces mêmes anciens. Pourtant, tous sont immergé à fond dans l'ambiance quel que soit leur âge, c'est l'avantage d'un évènement qui cible très précisément son public: il ne se retrouve composé que de vrais passionnés qui sauront mettre l'ambiance et s'éclater dans n'importe quelle condition! C'est exactement ce qui va se passer ce WE.
     

SAMEDI 10 SEPTEMBRE


      La vraie journée commence, voilà l'explication d'un "parking" si facilement accessible et d'un camping si aéré. Le gros des troupes ne restant pas sur place, on ne se marche pas sur les pieds et c'est plus qu'agréable. Le site lui-même est bien assez grand pour accueuillir au moins le double de personnes, mais la volonté de l'organisation n'est justement pas de faire dans la quantité mais bien dans la qualité. Allez, quelques lignes sur la musique quand même.

      Les Motörhead français d'IRON BASTARDS n'auront aucun mal à convraincre, d'autant plus qu'ils se retrouvent à présent sans concurrence (RIP Lemmy). Un début puissant dont RADICAL SUCKERS va faire retomber le soufflet selon moi avec leur chant hurlé pas très approprié à l'ambiance, et la fosse semble d'accord avec ça. Globalement, la scène découverte fera le yoyo entre bonnes surprises et prestation convenue: OVERDRIVERS se la joue Airbourne version hexagonale en manque de personnalité, MALEMORT me fera aussi prendre le large avec son rock FM chanté en français sur un ton particulier, mais je suis en revanche resté pour DRENALIZE. Ces derniers n'auront pas ménagé leurs efforts: entre deux défections dans leurs rangs 2 semaines avant la date, une sangle cassée et des problème de son récurrents sur cette scène, ils ont vraiment montré leurs convictions à travers cette volonté en plus d'avoir délivré un set mélodique carré. INEPSYS souffrira aussi de ces soucis de son allant d'un micro trop faible à une basse absente, ainsi que des jaillissements de claviers impromptus. La fin de journée a été mouvementée sur cette scène, exception faite du glam de PLEASURE ADDICTION dont l'efficacité n'a pas été atténuée par des soucis de sono.
      En revanche, aucun couac coté scène principale! Les espagnols énergiques de THE ELECTRIC ALLEY, les allemands de THE NEW ROSES (croisement sympathique entre Koritni et AlterBridge) et les anglais d'INGLORIOUS vont enchainer les riffs assez conventionnels et les voix aussi aigues que rugueuses sans problème, le tout de manière relativement convenu tout de même. Les accro au hard rock devaient cependant certainement planer sur un nuage car le niveau technique et l'atmosphère poussièreuse étaient bien là. THE ANSWER clotûre le genre plus tard dans la soirée, son frontman annonçant même qu'il allait être difficile d'éagler de tels chanteurs pour défendre Raise A Little Hell!

      C'est la parenthèse heavy qui attisait le plus mon impatience sur cette affiche. Une première concernant DIAMOND HEAD dont je ne savais que peu de chose (seulement le célèbre "Am I Evil" offert en fin de set) et qui ne m'a pas déçu, du eighties en veux-tu en voilà qui ne dénote absolument pas dans le paysage. A contrario, MYRATH va véritablement provoquer l'étonnement dans l'assemblée par la puissance de son heavy progressif à l'oriental, un coup de boost impressionnant au regard de ce qui s'est joué toute l'après-midi. Ils étaient là en 2012, ils auraient dû y être en 2014, et ils sont vraiment contents de venir présenter Legacy au public de 2016. En plus d'être simplement parfait et sans faille dans leur interprétation et leur dynamisme, les échanges avec la fosse (en français s'il vous plait) ne manquent pas. Zaher insistera sur le fait que le Raismes Fest, avant d'être un festival de metal, est un festival de coeur dont les bénévoles sont les organes indispensables, tout en plaisantant sur le fait qu'ils sont "venus à la nage de Tunisie"! Voilà le point d'orgue de cette édition, sans nul doute.

                   



      Vous l'avez compris, le Raismes Fest n'est pas juste un festival à petits moyens, dont l'affiche et l'affluence ne sont pas aussi affolants que pour les grandes manifestations. C'est avant tout un festival qui possède une aura unique, une vraie atmosphère de famille et de partage, ainsi qu'un vrai confort pour les festivaliers qu'on ne trouve pas chez les grands évènements. Vous en connaissez beaucoup des festivals où le président joue les MC en présentant les groupes avec un petit texte non dénué d'humour avant chaque concert? C'est ce que Rémy Kostrzewa et son équipe tente de faire chaque année avec les moyens du bord, et je crois sincèrement qu'à hauteur de festivalier c'est réussi.
      Je vais donc garder un oeil attentif sur les futures annonces du Raismes Fest, bien qu'à l'instar de cette année je risque de vouloir m'y rendre plus pour son atmosphère unique que pour sa programmation. Je suis vraiment très, très content de m'être tapé 900 bornes pour vivre un aussi bon WE!^^

Par Yroenn  
Facebook du Raismes Fest
Site du Raismes Fest