RUNNING:
  * OBITUARY (USA)
  * EXODUS (USA)
  * Prong (USA)
  * King Parrot (AUS)


    Organisateur:
Garmonbozia

link

avec PRONG et KING PARROT à l'Étage (Rennes), le 23 Octobre 2016



      Le Battle of the Bays European Tour 2016 est l'occasion de rassasier sa soif de metal dans diverses branches du genre: hardcore, thrash et death metal se côtoient joyeusement sur cette date prometteuse en gros son old school! La soirée sera pour moi 100% américaine puisque je n'arriverai qu'après la prestation de King Parrot, leur mélange hybride un peu trop massif à mon goût n'ayant pas trouvé grâce à mes oreilles chez moi. La salle de l'Étage accueille régulièrement ce type d'affiche extrême, et la qualité est souvent au rendez-vous en ce qui concerne l'ambiance et le son. Aucune raison qu'il en soit autrement cette fois encore!


      C'est donc sur le hardcore estampillé NY de Prong que j'attaque ma soirée, n'attendant pas plus d'eux en live que ce que je connais de leurs albums. D'ailleurs, leur formation réduite en trio, avec un frontman devant s'occuper à la fois de la guitare et du chant est un frein considérable à d’amples mouvements scéniques. Si on ajoute à cela la grande répétitivité de leurs riffs (alternés du coup avec les soli de Tommy Victor) et le manque de passion du bassiste, on en arrive à terme à un show très convenu et peu attrayant. J'imagine que les fans du groupe savaient déjà tout cela, qu'il s'agit d'une routine de leur part et qu'ils en sont une fois de plus satisfaits. À chacun son trip après tout.

      Ce sont les californiens d'Exodus que je suivais avec le plus d'assiduité, leur dernier opus Blood In, Blood Out annonçant le retour de l'emblématique frontman Steve Souza comblant largement les espérances des fidèles. De plus, leur passage au Hellfest en 2015 fut un apéritif fort agréable, bien qu'il me tardait en fait de voir à quelle point l'ambiance pouvait être encore meilleure en salle. Et je n'ai pas été déçu!
      Zetro était encore plus en forme qu'à Clisson, particulièrement en joie de partager cette tournée avec leurs compatriotes death metalleux. Sa voix tenait toutes les promesses faites sur disque, anciennes comme nouvelles compositions jaillissant de ses cordes vocales de manière agressive au possible, son timbre naturellement strident y étant pour beaucoup. Sa bonne humeur est d'ailleurs aussi communicative dans la fosse qu'entre ses camarades de jeu, en particulier chez le remplaçant de Gary Holt (trop occupé avec Slayer en ce moment pour être présent) Kragen Lum, emprunté à Heathen. Celui-ci assurera plus que sa part du taf niveau spectacle, bien que ses collègues soient loin d'être en reste à ce sujet. Près d'une heure de bon vieux thrash des famille restitué avec panache, dont nous regretterons seulement la focalisation sur l'album le plus récent et l'absence de certains classiques (ce qui n'est qu'affaire de goût après tout). Bref: ce fut un plaisir Messieurs!

      À l'instar de leurs prédécesseurs, j'avais eu l'occasion de découvrir les floridiens d'Obituary en live par le biais d'un festival, l'édition 2014 de Motocultor pour être précis. Rien de mémorable n'est resté de cette expérience en ce qui me concerne, mais je garde encore à l'esprit qu'un show en plein air noyé au coeur d’une grosse programmation ne bénéficie pas de l'atmosphère d'un show en salle. Pourtant, la magie n'opèrera pas aussi bien avec eux qu'avec les thrasheurs de la Bay Area. Déjà, il est clair que ma préférence est toujours allée vers le thrash au détriment du death, bien que le groove de leur musique et la voix spécifique de John Tardy contribue grandement à l'intérêt du groupe. Le jeu de scène est toutefois plus que classique: une ligne d'instrumentistes exécute ses partitions pendant que le frontman déambule pied de micro en main entre eux, avec cependant un amusant sourire (et son fidèle short) scotché sur son visage. Son attitude joviale qui jure avec les poncifs du death étant leur petite touche personnelle sans que cela ne suffise, celui-ci gagnerait certainement à communiquer un peu plus avec son public je pense.
      Quoi qu'il en soit, je n'ai donc pas vu de grande différence entre les sensations éprouvées il y a deux ans à St Nolff et celles que j'ai ressenties ce soir, ce qui m'amène à conclure que je préfère largement écouter un de leurs très bons albums [le plus récent Inked in Blood m'ayant d'ailleurs fait acheter le reste de la discographie] tranquillement installé chez moi une bière à la main plutôt qu'en concert au final.


      Ce fut très loin d'être une soirée perdue pour autant! Pal mal de confirmations ont été relevées ce soir, et les prestations de chacun des groupes présents n'ont vraiment pas portées atteintes à leurs réputations respectives, bien au contraire. Il est simplement évident qu'au regard des différentes styles proposés au programme, le thrash a largement ma préférence et s'attire donc plus facilement mes faveurs en live, encore plus lorsqu'il s'agit d'Exodus! Je ne manquerai pas de guetter leurs futurs passages proches de chez moi, dans l'espoir que leurs prochaines tournées accueillent d'autres artistes de la trempe de ceux qui composaient l'affiche du Battle of the Bays European Tour.

Par Yroenn  

Facebook d'Obituary
Facebook d'Exodus
Facebook de Prong
Facebook de King Parrot