The Forest Seasons

    note   12/20

      line-up
    * Jari Mäenpää (Chant, Guitares, Prog.)
    * Teemu Mäntysaari (Guitares)
    * Jukka Koskinen (Basse)
    * Kai Hahto (Batterie)
    * Asim Searah (Guitares)

      tracklist
    01. Awaken From The Dark Slumber
              (Spring) -14:41
    02. The Forest That Weeps
              (Summer) -12:18
    03. Eternal Darkness (Autumn) -14:08
    04. Loneliness (Winter) -12:54

"The Forest Seasons "

Sorti le 21 Juillet 2017 chez Nuclear Blast Records

Site Officiel: www.wintersun.fi
Facebook: www.facebook.com/wintersun


      En voilà un qui sait se faire désirer! Après sa formation en 2003, alors qu'il n'avait fallu à Wintersun qu'une seule année pour concevoir l'éponyme premier opus, il faudra en attendre huit pour voir arriver son successeur: Time I. Certes, l'attente en valait la peine, mais les soucis rencontrés par le fondateur et ex-Ensiferum Jari Mäenpää ainsi que l'absence d'informations régulières laissèrent planer une somme de doutes concernant l'avenir de l'entité finlandaise. Pourtant, bien que nous attendions la suite annoncée du plus récent album, c'est d'un autre album concept dont les nouvelles nous parviennent enfin. Devant la qualité de la musique proposée par Wintersun, nous n'allons pas bouder notre plaisir et nous pencher sans plus attendre sur cette troisième réalisation studio.

      Comme vous pouvez en juger, le compositeur s'est positionné encore une fois sur des morceaux plutôt longs, chacune des pistes représentant une saison. Cependant, là où il existait une réelle évolution musicale entre le premier opus et son successeur, le fossé ne sera pas aussi perceptible entre ce dernier et le présent disque. La personnalité de Wintersun semble avoir été nettement définie à travers Time I, s'éloignant de ses modèles encore reconnaissables en 2004 pour s'affirmer en tant qu'entité propre. Il n'est donc pas surprenant d'ouvrir ce troisième album sur un morceau extrêmement proche de ce qu'on pouvait entendre il y a cinq ans, ce black metal symphonique et folklorique emprunt de rythmiques entrainantes et festives. Le chant même de Jari n'a pas bougé d'un pouce, celui-ci se plaisant toujours autant à enchaîner les vocalises gutturales black et les envolées lyriques très agressives. Même remarque sur les interludes éthérés qui s'incrustent cette fois directement en tant que pont au coeur du morceau, au lieu de s'incarner en une piste séparée. Si le tempo ralentit nettement sur la seconde piste, l'ambiance ne change pas vraiment dans le fond, l'exception se situant surtout au niveau des choeurs viking bien connus des fans du genre. Mais le plus gros défaut apparaît justement dans cette sensation d'écouter une nouvelle fois Time I, associée à la longueur des morceaux: ce disque est très voire trop répétitif! Chaque titre tapant presque le 1/4 d'heures, ils peinent tous à se renouveler dans leur atmosphère. Et même si "Eternal Darkness" change la donne en appuyant sur ses racines black metal par ses blasts, ses trémolos et son chant hargneux, la prolongation et la densité du titre tendent à lasser une fois de plus sur la longueur. Même remarque pour le représentant de l'Hiver qui part tout doucement, prenant le contrepied du reste de l'album, mais qui ne varie pas suffisamment son tempo et ses ambiances pour nous captiver jusqu'au bout.

      Le plus dommage dans tout cela, c'est que ce disque aurait fait un EP absolument fantastique, gardant le fond et la forme de chacune de ses chansons sur seulement 5-6 minutes pour n'en distiller que l'essence même. Je vais recadrer l'allégorie de la confiture dans un contexte différent de celui dans lequel elle est habituellement utilisée: la confiture, moins on en a, plus on l'étale! Et ici, plus elle est étalée, moins elle a de goût. Puisque les idées ne suffisaient pas à faire un album riche et varié, les concentrer en un EP auraient été suffisant et bien plus captivant, plutôt que de les étirer jusqu'à ce qu'elles craquent. Nous sommes tout de même loin du plantage total, mais ce que j'ai entendu sur ce disque n'est pas des plus mémorables, surtout lorsqu'on connaît le potentiel de Wintersun.

link site