Apex

    note   14,5/20

      line-up
    * Brittney Slayes - Chant
    * Scott Buchanan - Batterie
    * Grant Truesdell - Guitare, Choeurs
    * Andrew Kingsley - Guitare, Choeurs
    * Nikko Whitworth - Basse

      tracklist
    01. Awakening
    02. Shadow Guide
    03. The Matriarch
    04. Cleanse The Bloodlines
    05. The Coward's Way
    06. False Walls
    07. Ten Thousand Against One
    08. Earth And Ashes
    09. Call Me Immortal
    10. Apex

"Apex"

Sorti le 2 Juin 2017 chez Napalm Records

Site Officiel: www.unleashthearchers.com
Facebook: www.facebook.com/UnleashTheArchers


      Le troisième album d'Unleash the Archers était une réelle bonne surprise, après l'indifférence que m'avait laissé les deux précédents. Time Stands Still présentait des musiciens davantage inspirés, et surtout une chanteuse largement plus juste et audacieuse qu'elle ne l'était depuis les premiers pas de la formation en 2007. De ce fait, je suis plutôt content d'avoir la possibilité de découvrir ce quatrième opus dès à présent afin de pouvoir confirmer si les canadiens possèdent bien le potentiel pour courir aux côtés des plus grands noms du milieu heavy metal épique, bien qu’ils ne s’en réclament pas vraiment. Seul petit changement depuis leur dernier passage en studio il y a deux ans: la basse est cédée à un ex-membre de Nylithia également chez Expain. Assez étonnant de voir un amateur de death metal à ce poste, mais peut-être vont-ils compter là-dessus pour accentuer leur facette death mélodique légèrement entrevue auparavant.

      Cette facette, vous allez la sentir à peine "Awakening" amorcé, même si le chant clair et typiquement heavy de Brittney Slayes ainsi que ce refrain empli d'espoir pour la race humaine vous ramènera bien vite sur le plancher du power. Nous allons tout de même avoir un petit pont de growl comme pour rappeler cette influence plus discrète, ne semblant pas pour autant débarquer du néant. Le rythme et les envolées lyriques ne se sont absolument pas mis de frein depuis deux ans, les roulements de grosses caisses (parfois en cavalcade façon "Call Me Immortal") ainsi que les « yaaaaaaah » seront donc bien souvent vos accompagnateurs sur cet album. "Shadow Guide" se rapproche d'ailleurs plus immédiatement du style heavy traditionnel en gardant la fougue de la jeunesse, plaçant même un petit passage de choeurs guerriers de façon à enfoncer d’un poil encore le clou à la masse d'arme. Cette position assez affirmée prise par chaque piste continuera de se voir nettement d'un titre à l'autre, bien que dans les guitares et quelques pont plus vifs on retrouve régulièrement dans les morceaux axés heavy ces interventions death mélodique nerveuses et modernes. Devant un "The Coward's Way" (qui dispose lui aussi de son plan chant extrême suivi de choeurs batailleurs), il est difficile de ne pas s'imaginer le combo canadien en ouverture d'un Primal Fear ou d'un autre nom dans le même esprit. C'est moins souvent qu'on trouve aussi des titres plus aérés et lents au sein de la scène melodeath, à l'image d'un "False Walls" faisant presque office de power ballade faute de piste vraiment mélancolique (j'y ai cru un instant avec l'intro de "Earth And Ashes" à la guitare acoustique). Enchaînée directement avec une structure purement death mélodique plantée par "Ten Thousand Against One"! Comme un ultime clin d'oeil à la scène heavy, la dernière piste s'étale sur plus de 8 minutes avec un long moment instrumental dédié au solo de guitare.

      Après le redémarrage éclair fourni par Time Stands Still, je n'attendais pas moins de ce nouvel album qui tient toutes les promesses qui auraient pu être faites par la formation de Vancouver! Ce dernier opus affiche tout ce qu'Unleash the Archers peut offrir en termes de heavy metal glorieux et de death mélodique classique, faisant se croiser les deux genres avec une certaine habileté sans partir dans l'excès démonstratif. On reste tout de même sur un style relativement courant, contenant juste ce qu'il faut de personnalisation pour y apposer leur sceau sans en avoir honte; personnalité principalement apportée par le chant féminin encore assez rare dans l'exercice, on ne va pas se le cacher. Peu importe puisque c'est suffisamment frais et bien fait pour plaire sans pouvoir être taxé de mainstream ou de plagiat!

link site