Modern Slave

    note   14/20

      line-up
    * Didier Richard - chant, guitare
    * Bastien Casarico - guitare
    * Jason Bonfadelli - basse
    * Yoann Thomas - batterie

      tracklist
    01. Intro -1:26
    02. Modern Slave -3:20
    03. Future Evolution -3:59
    04. Revolt -3:22
    05. Blood Pleasure -4:16
    06. Alarm -2:44
    07. Virus -2:51
    08. Undead Vision -3:15
    09. Crop Circle -3:44
    10. U.F.O. -3:31
    11. Doomsday -3:25
    12. The End -4:30
    13. Into the Chaos -4:59

"Modern Slave"

Sorti en Mai 2017 en indépendant

Site Officiel: www.undeadvision.ch
Facebook: www.facebook.com/UndeadVisionBand


      Si je vous parle de la scène metal suisse, vous allez instantanément me citer des noms tels que Triptykon, Gotthard, Samaël, Krokus ou encore Eluveitie, parmi les plus populaires. Ce serait oublier un peu vite la scène underground nationale, qui comme partout regorge de formations plus modestes mais souvent tout aussi talentueuses. C'est de l'une d'elles dont nous allons parler à présent.
      C'est dans la ville de Fribourg que le quatuor baptisé Undead Vision se stabilise fin 2014, bercé par les douces mélodies death et thrash d'antan comme Sepultura, Soulfly, Bloodbath, Chimaira ou encore Meshuggah. L'année suivante, un EP éponyme d'ouverture dévoile leur volonté de rouler sur tout ce qui bouge (ou non) à grand renfort de gros son, les menant ainsi tranquillement jusqu'au premier LP que voici. Forts d'une intention de servir la cause du old school tout en gardant un oeil sur la scène actuelle, ils espèrent pouvoir conquérir de nouveaux horizons grâce à cette galette chargée en metal extrême bien velu.

      « Reprendrez-vous un peu de couenne avec votre gras? » semble demander Didier Richard de sa voix gutturale bien profonde. On peut déjà en conclure que Cannibal Corpse a également joué un rôle essentiel dans l'orientation musicale du combo, bien que leur death metal ne s'arrête pas à l'influence des américains comme la liste de présentation le suggère. On constatera assez vite qu'il n'y a pas beaucoup de place à la fioriture dans ces compositions directes et particulièrement massives, servies par une production propre mettant l'accent sur les basses. Dans le mixage lui-même, on sent déjà le désir de faire se rencontrer le passé et le présent de la scène metal extrême. Il en va de même pour la structure très technique des morceaux, à la fois portée sur le hardcore/metalcore contemporain souvent bercé par les beatdown coups de poing, et les fameux palm mute faisant instantanément le pont avec le thrash metal. J'espère que vous aimez ce genre de son bien lourd parce que vous allez en manger à toutes les sauces sur ce disque! Undead Vision se plaît à placer tout ce que les musiciens connaissent en rythmiques, tout en restant dans des gammes graves très homogènes.
      Homogène, c'est le maître-mot concernant cet album. Et c'est peut-être là qu'on pourra trouver à redire à son sujet: il manque cruellement de variations atmosphériques. Si nous assistons à un véritable défilé de tempos et de breaks (réguliers toutefois) au coeur même de chaque titre, l'ambiance ne nous fera jamais quitter la grotte dans laquelle elle nous a installés, tant et si bien que le chant lui-même ne se décidera que trop rarement à pousser un peu plus dans les gutturales hautes. Il est évident que cet album a été composé d'un bloc, exceptions faites de "U.F.O." et "Virus" repris de l'EP qui se fondent pourtant parfaitement dans la masse. De ce fait, il ne ressort de l'ensemble ni compositions plus faibles ni pièces-maîtresses potentiellement plus percutantes que les autres, comme si tout avait été conçu pour une écoute d'une traite, sans perturbation. Etait-ce là votre souhait les gars?

      Dans tous les cas, ce premier essai vaut largement qu'on lui accorde les quarante-cinq minutes d'attention nécessaires à son écoute, promettant de bons moments de headbanging aux amateurs de death thrash à la fois bourrin et un minimum subtil. La célèbre maxime “Death Metal, No Compromise!” d'Unleashed n'est pas tombée dans l'oreille de sourds avec les fribourgeois qui l'appliquent à leur manière en y ajoutant une bonne dose de thrash metal. Bien que formation récente et ancrée dans son temps, l'aspect traditionnel prend encore le pas sur la modernité; Undead Vision laisse tout de même entendre qu'il ne va pas s'arrêter là en termes de fusion des genres. On attend la suite avec impatience alors!

link site