The Grand Annihilation

    note   15,5/20

      line-up
    * Mike Hill - chant, guitares
    * Ben Brand - basse
    * Evan Void - guitares
    * Charlie Schmid - batterie
    * Fade Kainer - claviers

      tracklist
    01. Black Sun Horizon
    02. Cold
    03. Old Wounds
    04. November Wolves
    05. Underneath
    06. Way of the Storm
    07. Shadows at the End of the World
    08. Walk with Me in Nightmares
    09. Saturnalian
    10. Temple of Mars

"The Grand Annihilation"

Sorti le 16 Juin 2017 chez Metal Blade Records

Site Officiel: www.tombscult.com
Facebook: www.facebook.com/TombsBklyn


      Tombs est un groupe de post-black metal qui nous vient de New York City, et ce n'est pas souvent que nous avons l'occasion d'entendre des productions de ce genre venir de ce coin du monde! C'est presque comme si Tombs nous hurlait dans les oreilles: « vous avez vu, on ne fait pas que du hardcore par chez nous! » Célébrant sa décennie révolue d'existence cette année, un quatrième album était donc de mise pour que la fête soit réussie. Il fera suite à Savage Gold sorti il y a trois ans, lui-même héritier de Path of Totality [2011] (rien à voir avec KoRn; et voilà comment on place une chronique qui n'a aucun rapport!^^) et de Winter Hours avant cela [2009]. Il y a pourtant un lien assez évident entre le black metal et le hardcore qu'il est donc bon de rappeler ici: ils descendent tous les deux du punk. Pourtant, comme nous allons essayer de le montrer, la musique de Tombs va s'avérer assez en marge de l'un comme de l'autre, en tout cas sur cet album puisque je ne connais pas les autres.

      Avant de me rendre compte de ce que qui était en train de jouer sur mon PC, j'avais plutôt l'impression d'être confronté à une entité death metal particulière plutôt qu'à un groupe revendiqué post-black. L'avantage avec ce “post” placé avant le “black” est qu'il peut signifier suffisamment de choses différentes pour que toute insurrection au sujet de l'étiquette en devienne stérile. Pourtant, en y regardant (ou plutôt en y écoutant) de plus près, j'ai l'impression d'écouter un disque trve black metal passé au ralenti (vraiment évident sur "Cold"), avec ce que ça implique de déformation au niveau des instruments et surtout de la voix! Autant vous dire que l'effet est effectivement bien particulier. Du black metal, The Grand Annihilation en a assurément le côté malsain et sombre, ce que l'introduction de "Black Sun Horizon" mettra tout de suite en place avec son trémolo sur tempo lent, juste avant que le blast ne vienne tout dévaster. Nous n'en entendrons pas souvent dans la suite du disque, alors profitez-en les amateurs. Le chant, pour en revenir à l'impression du début, me ramène directement aux éructations imbibées de LG Petrov qui dénotent particulièrement dans le présent environnement musical. Ainsi, bien que presque tout puisse faire penser à un certain type de death, le fond est indéniablement black metal.
      On continue la découverte avec "Old Wounds", une nouvelle fois à la frontière des deux genres en gardant un pied sur la ligne et l'autre côté black, avec cette sensation persistante que nous n'écoutons pas le disque à la bonne vitesse. "November Wolves" nous montrera qu'il n'est pas nécessaire de partir dans une démonstration technique ou une exécution rapide pour atteindre son but, la simplicité et l'aspect brute de la majorité des pistes se révélant être des atouts aiguisés pour nous toucher plus profondément. Le chant clair et grave façon dark wave risque en revanche d'en surprendre plus d'un, pas forcément de manière positive tant il débarque sans prévenir, bien que selon moi il ajoute encore une nouvelle dimension au suffixe “post” de la bannière. Dans le même genre, "Underneath" va encore plus loin en proposant une alternative aux albums électro de Moonspell, avant que "Way of the Storm" ne mélange brutalement ceux-ci avec les titres plus extrêmes du début, blast et chant clair réunis! La seconde moitié poursuivra en alternant les atmosphères à l'image de ce que les musiciens nous ont offerts sur la première, avec une utilisation plus systématique de ce chant gothique d'un autre temps pour un effet lugubre garanti.

      Je vais décidément de belles surprises en belles surprises en ce début d'année 2017, c'est dingue! Serait-ce moi qui par inadvertance ai ouvert ma sixième porte du chakra, celle de la Contemplation, allant parfois jusqu'à celle de l'Extase pour une poignées de productions exceptionnelles?! Quoi qu'il en soit, et qu'il s'agisse de ma perception personnelle du metal extrême ou d'une fournée d'albums particulièrement goûtus, ce début d'année me gâte littéralement comme à Noël tout en faisant mal à mon portefeuille, tant je me suis senti obligé d'acheter la plupart de ces réalisations devant leur grande qualité. Sans céder cette fois-ci à l'appel de la commande en ligne compulsive, je me retrouve une fois de plus ravi d'être tombé sur un groupe dont je n'avais jamais entendu parler avant, et qui parvient à me satisfaire dans une branche du metal à laquelle je restais relativement peu réceptif il y a encore quelques mois de cela. En ça, on peut dire que Tombs nous a pondu un disque beau et percutant, qui s'insinue sournoisement dans nos esprits pour ne plus en sortir. Merci les américains!

link site