With Doom We Come

    note   15/20

      line-up
    * Protector : chant, guitare, clavier
    * Silenius : basse, chant, clavier

      tracklist
    01. Tar-Calion -7:15
    02. Silvertine -8:53
    03. Carcharoth -9:19
    04. Herumor -7:08
    05. Barrow-downs -2:47
    06. Night Fell Behind -7:20
    07. Mirklands -11:00
    08. With Doom I Come -11:18

"With Doom We Come"

Sorti le 5 Janvier 2018 chez Napalm Records

Site Officiel: www.summoning.info
Facebook: www.facebook.com/SummoningBand


      Pour la première chronique de l'année, on tape direct dans du lourd!
      Lorsque Lugburz a fait son apparition en 1994 (après 4 démos et 2 splits enchaînés très rapidement), il était impossible de se tromper quant aux origines black metal de Summoning! Pourtant, dès le second album Minas Morgul [1995], les limites devinrent de plus en plus floues, les autrichiens ayant trouvé leur voie assez vite pour se démarquer et atteindre seulement 8 ans après leur formation avec leur cinquième LP ce qui sera pour moi l'apothéose de leur style: Let Mortal Heroes Sing Your Fame. Puis arriva Oath Bound qui changea la donne une fois de plus, revenant à une musique moins sombre, plus accessible tout en conservant son essence, ce que le plus récent Old Mornings Dawn sorti il y a quatre ans ne m'a pas du tout donné l'impression de faire. Quel chemin va donc emprunter le huitième opus que voici?

      Globalement, les bases black metal ont toujours été plus ou moins mises en avant dans leurs compositions, gardant un aspect froid et mélancolique sans jamais partir dans l'exagérément dépressif. Les intonations fantastiques et guerrières inspirées des récits de Tolkien (qui reste encore la source principale de leur inspiration) ne se dévoilent pas au travers de cavalcades nerveuses et de murs de guitares massifs comme peuvent le faire d'autres groupes aux influences romanesques identiques tels Battlelore ou dans une moindre mesure Amon Amarth, mais bel et bien au travers d'ambiances subtiles mettant les claviers plus à l'honneur que les guitares.
      C'est justement cet accent bien trop optimiste qui m'a un peu rebuté sur Old Mornings Dawn, et je suis râvi de constater que celui-ci a été assez largement atténué sur cette nouvelle mouture! Pourtant, on garde dans les structures alternant passages relativement épurés, sans guitares, et plans typiquement black metal symphonique sur une rythmique toujours lente et aérée un cheminement respectueux de l’oeuvre précédente. Ils ont choisi cette année d'alléger l'instrumentation folklorique pour laisser un peu plus de place aux sonorités électriques et au piano à l'instar de productions antérieures à Oath Bound. Sans revenir à cette atmosphère pesante et dépressive qui planait sur leurs débuts, ils ont peut-être pensé eux aussi qu'Old Mornings Dawn se laissait un peu trop aller à la positivité, esprit qui peut entrer en conflit avec les origines mêmes du black metal. On note aussi une volonté de continuer à diversifier les parties de chant, les choeurs moins présents et les vocalises black traditionnelles se permettant parfois de devenir plus mélodiques dans une moindre mesure comme sur "Night Fell Behind".
      Les deux grosses pièces qui clôturent le disque nous offrent exactement ce à quoi nous pouvions nous attendre des voyages épiques auxquels nous convie chaque fois le duo Viennois: "Mirklands" nous immergera dans un black plus oppressant que le reste du disque sans non plus atteindre le niveau d'un Lugburz, tandis que "With Doom I Come" prendra le contrepied en restant ouvert sur une certaine lumière, les notes de harpe discrètement apposées sur l'ensemble semblant porter un message d'espoir à l'auditeur, alors que le chant écorché mélodique refait son apparition histoire d'accentuer cet effet. Ce final raisonne complètement en diapason avec Old Mornings Dawn pour le coup!

      Je pense que cet album va une fois de plus diviser les fans de Summoning. Ceux qui regrettent la tournure presque joyeuse que prennent souvent les morceaux récents vont avoir du mal à se retrouver dans ce disque, plus lumineux qu'ils pourraient l'espérer. En revanche, les admirateurs fraichement débarqués dans le parcours des autrichiens apprécieront la continuité dans l'évolution de leur musique, un black metal épique devenant de plus en plus facile d'accès pour les néophytes, voire même les non-puristes déjà bien immergés dans le milieu metal. Loin d'avoir détesté cet album, je vais me poser sur la frontière des clans et trouver cet album agréable à écouter, continuant de regretter toutefois la période plus ombragée qui précédait Oath Bound.
      Avec eux, nous ne sommes pas à l'abris d'un revirement soudain, alors il faut continuer à garder un oeil sur leur intéressante et enrichissante carrière afin de ne rien en rater. Par sa seule nature, un album de Summoning reste chaque fois un évènement et une redécouverte du black metal.

link site