Thousand Years Of Terror

      line-up
    * Alexander Mokin - chant
    * Sergey Stepanenko - guitare, basse
    * Dmitriy Kim - batterie

      tracklist
    01. Sacred Self-Deceit -5:57
    02. Limitless Fog of Anguish -6:06
    03. Losing Humanity -8:40
    04. Thousand Years of Terror -10:14
    05. A New Age -5:47
    06. ...And the Circle Closed -4:35

"Thousand Years Of Terror"

Sorti le 30 Juin 2018 chez Inverse Records/Grotesque Sounds

Site Officiel: www.skyglowband.com
Facebook: www.facebook.com/skyglowband


      Allez, on va parler d'un petit coup de coeur imprévu pour cette chronique, car ça fait du bien de temps en temps!
      Skyglow est un groupe de death metal technique qui nous arrive tout droit de Russie, plus précisément de Saratov, et ça me fait penser qu'il y a pas mal de temps qu'un groupe débarqué du froid sibérien ne m'a pas autant accroché! Le trio a décidé de se consacrer uniquement à la réalisation d'albums studio, ne souhaitant pas se produire sur scène pour l'instant (qui sait, peut-être qu'ils vont changer d'avis avec le temps!). C'est en 2016 qu'Alexander convie son ami Vlad Kudryavtsev à se rassembler sous le nom de Eyes of Skyglow pour enregistrer une première démo en Mars 2017: Curse of the Butterfly. On sent déjà à l'époque la forte influence de formations comme Death, Dissection, The Chasm et bien entendu Necrophagist, tandis que les musiciens furent aussi guidés par les carrières de Metallica, Dark Tranquillity, Be'Lakor ou encore In Flames. La corruption et la violence dans laquelle ils grandirent au coeur de cette ville pauvre furent la base de leurs textes et de leur musique. Malheureusement, par manque de temps de celui-ci, Vlad dû laisser sa place à Sergey tandis que le frappeur de Morton/Jinjer/Posthumous Blasphemer/Goatpsalm/Human Nihility/ (etc.) s'empara du poste vacant, afin que soit enfin finaliser le premier LP que voici.

      L'idée de départ évoquée par Alexander étant de mélanger toutes sortes d'influences et de gimmicks proches du death metal pour en sortir un style bien personnel, je pense pouvoir dire que le pari est gagné à l'écoute de cet album impressionnant! Le fait d'avoir une pointure telle que Dmitriy à la batterie est un atout certain: celui-ci étant habitué au genre death technique, il n'a eu aucun mal à retranscrire les rythmiques alambiquées et changeantes qui guident les riffs et les mélodies de cet album. Malgré les nombreux breaks présents, l'auditeur n'a aucun mal à suivre la structure des morceaux (les influences Death/Necrophagist se ressentent bien ici) et peut donc facilement s'immerger dans leur atmosphère sombre et tordu. Les interludes acoustiques qui marquent parfois une pause au sein des compositions agressives sont aussi les bienvenues: on pense au pont de "Sacred Self-Deceit", aux introductions au piano de "Limitless Fog of Anguish" et "Losing Humanity" ainsi qu'à l'intervention de choeurs mélodiques sur ce dernier, à la guitare acoustique qui ouvre "Thousand Years of Terror" (et revient calmer le titre à 5'40) ainsi que "And the Circle Closed", de quoi satisfaire les amateurs de brutalité qui apprécie tout autant les moments de quiétude justement capables de mettre en valeur la lourdeur de l'ensemble. Au niveau du chant, il est clair que le death trouve autant sa place que le black, avec ces vocalises oscillant entre un hurlé bien noir et un chant guttural plus profond, tout en restant très régulier dans sa puissance. Sergey de son côté semble avoir une grande maîtrise de son instrument, guidé par des maîtres comme Chuck Schuldiner ou Muhammed Suiçmez (histoire de continuer à citer les références majeures) avec tout autant d'inspiration que ses aînés.

      Un premier essai plus que réussi pour Skyglow comme vous avez pu le deviner à travers mon enthousiasme, alors que je ne suis pourtant pas spécialement porté sur le death technique! Mais lorsque je découvre une formation déjà très talentueuse, mais en plus vraiment douée pour créer un son unique et propre à elle-même sans étouffer complètement ses modèles pour autant, je ne peux m'empêcher de me réjouir du fait qu'il est encore possible de voir débarquer de nulle part des projets aussi frais et bien conçus que celui-ci. On continue de penser que tout a déjà été fait en matière de metal, et c'est effectivement envisageable; mais des entités comme Skyglow s’entêtent à prouver de temps en temps qu'à partir de ces racines solides il est encore possible d'avancer et d'innover, dans une certaine mesure bien sûr. Gros coup de projecteur sur ces russes qui en veulent et que vous vous devez de soutenir, si vous avez le moindre intérêt pour le death metal bien branlé (je suis passé directement par la case Bandcamp à la fin de cette article, pour tout vous dire)!

link site